Limited Company de Nouvelle Zélande + Siège à Auckland + Directeur Résident (Obligatoire) + Apostille Compte Multi Devise & Multi IBAN + Envoi par DHL + Tout à distanceAnnuitéNombre
Administrateurs
Impôts sur
les Sociétés
Capital
Libéré
États
Financiers
3.600 €2.400 €10%1 NZDOui
Limited Company de Nouvelle Zélande + Siège à Auckland + Directeur Résident (Obligatoire) + Actionnaire Nominee + Compte Bancaire Multi Devise à ANZ Bank + Envoi par DHL + Tout à distanceAnnuitéNombre
Administrateurs
Impôts sur
les Sociétés
Capital
Libéré
États
Financiers
4.980 €3.300 €10%1 NZDOui

Coûts Supplémentaires

Adresse Commerciale en Angleterre à Regent Street avec courrier scanné500 €
Adresse Commerciale à Aucland avec courrier scanné600 €
Siège Socialinclus
Banques en ligne avec IBAN en Angleterre, Belgique, Luxembourg ou Lituanie250 €
Compte Bancaire Offshore1.000 €

 

Création d'une société offshore en Nouvelle-Zélande

Caractéristiques sur la Nouvelle Zélande

Géographie, population, langues

La Nouvelle-Zélande est située dans l’océan Pacifique Sud et se compose de deux îles principales (appelées îles du Nord et du Sud) et d’un certain nombre d’îles plus petites. La superficie est de 268 680 km2. De plus, la Nouvelle-Zélande dispose de vastes ressources marines, dont la zone économique exclusive, couvrant plus de 4 millions de km2. Le climat dans tout le pays est doux, généralement frais à tempéré chaud.

La Nouvelle-Zélande est facilement accessible par avion et a l’avantage de fuseau horaire d’un accès le même jour à l’Asie et à certaines parties de l’Amérique. Wellington est la capitale de la Nouvelle-Zélande et la plus grande ville est Auckland. La population de la Nouvelle-Zélande est de 4,2 millions d’habitants. Environ 70% de la population est d’origine européenne (principalement britannique, irlandaise et néerlandaise). Les Européens nés en Nouvelle-Zélande sont communément appelés Pakeha.

Les langues officielles sont l’anglais, le maori et la langue des signes néo-zélandaise.

Histoire, structure politique et droit

Les colons de Polynésie sont arrivés en Nouvelle-Zélande entre le 13e et le 15e siècle et ont fondé la culture maorie. Le premier Européen dirigé par Abel Janszoon Tasman n’atteignit la Nouvelle-Zélande qu’en 1642. En 1769, le capitaine James Cook entreprit de vastes explorations des îles, ce qui conduisit à des expéditions de chasse à la baleine européenne et finalement à la colonisation européenne.

En 1834, les Britanniques convoquèrent United Tribes of New Zealand pour sélectionner un drapeau et déclarer leur indépendance. Cependant, l’intérêt croissant des Français pour la région a conduit les Britanniques à annexer la Nouvelle-Zélande par proclamation royale en janvier 1840. Un mois plus tard, le traité de Waitangi était signé; il est considéré comme le document fondateur de la Nouvelle-Zélande.

La Nouvelle-Zélande est devenue un dominion indépendant le 26 septembre 1907. L’indépendance totale a été accordée par le Parlement du Royaume-Uni avec le Statut de Westminster en 1931 et son adoption par le Parlement néo-zélandais en 1947. Depuis lors, la Nouvelle-Zélande est une monarchie constitutionnelle souveraine démocratie parlementaire. En vertu de la loi néo-zélandaise sur les titres royaux (1953), la reine Elizabeth II est reine de Nouvelle-Zélande et est représentée comme chef d’État par le gouverneur général.

La majorité de la législation néo-zélandaise est basée sur la common law anglaise. La plus haute juridiction est la Cour suprême de Nouvelle-Zélande. Le système judiciaire néo-zélandais comprend également la Haute Cour et la Cour d’appel, ainsi que des tribunaux subordonnés.

Économie et infrastructure

La Nouvelle-Zélande a une économie moderne et développée et un niveau de vie élevé. Les principales industries d’exportation sont l’agriculture, l’horticulture, la pêche et la foresterie. Les principaux partenaires à l’exportation sont l’Australie, les États-Unis, le Japon, la Chine et l’Allemagne.

La Nouvelle-Zélande est fière de ses infrastructures de communication, commerciales et commerciales bien développées et d’un haut niveau de services professionnels. Les professions juridiques et bancaires sont également de haut niveau.

Accordée à l’autonomie en 1947, la Nouvelle-Zélande a une économie progressiste qui repose en grande partie sur la banque et la finance. En raison de l’évolution de la situation économique depuis 1984, une restructuration macroéconomique majeure a été opérée, conduisant le pays à la libéralisation économique. Il y a eu plusieurs réformes, telles que la suppression des contrôles des intérêts et des changes permettant la libre circulation des capitaux à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Les objectifs économiques du gouvernement néo-zélandais actuel sont axés sur la recherche d’accords de libre-échange et la construction d’une «économie du savoir».

La devise est le dollar néo-zélandais sans contrôle de change appliqué.

 

Création de Sociétés en Nouvelle Zélande

 

Caractéristiques sur la création de sociétés en Nouvelle Zélande

Constitution de société

L’un des principaux avantages de l’utilisation des sociétés néo-zélandaises est que la Nouvelle-Zélande est membre à part entière de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et n’est pas considérée comme une juridiction fiscale dommageable.

Bien qu’il soit possible d’enregistrer une société à responsabilité illimitée, les sociétés sont généralement des sociétés à responsabilité limitée ou des sociétés à responsabilité limitée par garantie. Si elle est correctement structurée, une société résidente néo-zélandaise peut fonctionner comme une société offshore exonérée d’impôt. Il y a une grande flexibilité dans l’incorporation et la gestion d’une société néo-zélandaise. Il n’a pas de capital requis et dispose d’une procédure d’incorporation simple et rapide.

Chaque entreprise doit avoir un siège social en Nouvelle-Zélande, où des registres statutaires sont tenus, ainsi qu’une adresse de service, où les documents juridiques peuvent être remis à l’entreprise. Les deux adresses doivent être notifiées au registraire lors de la demande de constitution. Il doit s’agir d’une adresse physique en Nouvelle-Zélande. Il s’agit généralement de l’adresse professionnelle de l’agent enregistré.

Actuellement, il existe plusieurs types d’entreprises en Nouvelle-Zélande. LTC (Look-Through Company), LLC (Limited Liability Company), FSP (Financial Services Provider) et Foreign Trust. Vous trouverez plus d’informations à leur sujet dans les pages suivantes.

Une SLD «Look Through Company» est une entité qui n’est pas imposée au niveau de l’entreprise; les actionnaires paient des impôts après répartition des bénéfices. Pour enregistrer le LTC, les conditions suivantes doivent être remplies: les fondateurs de sociétés (5 ou moins) doivent être des non-résidents en Nouvelle-Zélande, les revenus ne doivent pas provenir de la Nouvelle-Zélande et la société doit être enregistrée auprès du bureau des impôts de la Nouvelle-Zélande ( Inland Revenue) et est tenu de fournir des états financiers annuels. Il est également obligatoire d’avoir un administrateur résidant en Nouvelle-Zélande. Ce type d’entreprise est généralement utilisé pour les activités commerciales.

Une fiducie étrangère est établie pour agir en tant que société fiduciaire pour les SLD à laquelle les bénéficiaires (personnes physiques) transfèrent les revenus reçus par les SLD. Dans ce cas, lorsque l’actif de LTC est géré par Trust, il est exonéré d’impôt. La fiducie peut investir dans des actions, des titres, d’autres actifs ou prêter un tel revenu.

Le nombre minimum d’actionnaires est de un et les actionnaires sont autorisés. Le nombre minimum d’administrateurs est d’un; les administrateurs de sociétés ne sont pas autorisés. Si une entreprise n’a qu’un seul administrateur, il ne peut pas également en être le secrétaire. Les actionnaires peuvent être de n’importe quelle nationalité, mais toutes les sociétés néo-zélandaises doivent avoir un administrateur résident en Nouvelle-Zélande. Si plus de 25% des actions ou la majorité des administrateurs résident en dehors de la Nouvelle-Zélande, la société doit déposer des comptes financiers annuels. Une entreprise privée ne peut pas détenir d’actions non émises. Les actions au porteur ne sont pas autorisées.

Chaque entreprise devrait tenir une assemblée annuelle des actionnaires une fois par année civile. Les réunions annuelles peuvent avoir lieu n’importe où. Une entreprise peut éviter de tenir une assemblée générale annuelle si toutes les questions spécifiées dans la loi sur les sociétés de 1993 sont réglées par voie de résolution écrite.

Changements en vertu de la Loi modifiant la Loi sur les compagnies

Exigences du directeur résident

À compter du 1er mai 2015, chaque société constituée en Nouvelle-Zélande devra avoir au moins un administrateur qui est soit un résident de la Nouvelle-Zélande, soit qui réside dans un pays d’application et qui est administrateur d’une société enregistrée dans ce pays d’application (c’est-à-dire l’Australie).

Bien que l’exigence relative aux administrateurs résidents entrera en vigueur le 1er mai 2015, les sociétés constituées en Nouvelle-Zélande enregistrées avant le 1er mai 2015 disposeront de 180 jours supplémentaires pour se conformer. Les sociétés constituées en Nouvelle-Zélande enregistrées le 1er mai 2015 ou après cette date devront se conformer à partir du 1er mai 2015.

Les restrictions de nom suivantes s’appliquent:

  • Les noms ayant une importance royale, nationale, internationale et commerciale ou autre sont interdits (Flags, Emblems and Name Protection Act 1981 ou par tout autre texte);
  • Les noms trompeurs ou trompeurs sont interdits (The Fair Trading Act);
  • Les noms identiques ou presque identiques sont interdits;
  • Les noms offensants sont interdits; la question de savoir si un nom est offensant est entièrement à la discrétion du registraire;
  • Un seul suffixe «Limited» est autorisé. Après l’incorporation, le suffixe «Ltd» peut être utilisé partout;
  • Les abréviations suivantes, lorsqu’elles apparaissent dans un nom, sont autorisées: «&» pour «et»; «Non» pour «nombre»; «Co» ou «timide» pour «entreprise»; «NZ» ou «NZ» pour «Nouvelle-Zélande»; «Bros» pour «Brothers».

 

Fiscalité des sociétés de Nouvelle Zélande

Principales caractéristiques

Une grande attraction si vous envisagez de vivre en Nouvelle-Zélande est la réduction fiscale sur les revenus d’investissement et les pensions à l’étranger qui s’applique pour vos quatre premières années de vie ici.

Les principales caractéristiques du système fiscal de la Nouvelle-Zélande sont les suivantes:

  • pas de droits de succession
  • pas d’impôt général sur les gains en capital, bien qu’il puisse s’appliquer à certains investissements spécifiques
  • pas de taxes locales ou d’État, à l’exception des taux fonciers perçus par les conseils locaux et les autorités
  • pas de charges sociales
  • pas de taxe de sécurité sociale
  • pas de taxe sur les soins de santé, à l’exception d’un prélèvement très bas pour le régime d’assurance contre les accidents (ACC) de la Nouvelle-Zélande.

Obtenir un numéro fiscal

Quiconque gagne un revenu aura des retenues d’impôt via le système PAYE (Pay As You Earn). Si vous n’avez pas de numéro de taxe (appelé numéro IRD), la taxe sera déduite au taux le plus élevé (voir ci-dessous).

C’est une bonne idée de demander un numéro IRD dès votre arrivée ici afin que vous soyez taxé au bon taux dès le début de votre travail. Il est gratuit d’obtenir un numéro IRD et assez facile à appliquer en ligne.

Les taux d’imposition

Le taux d’imposition des particuliers le plus élevé de la Nouvelle-Zélande est de 33% pour les revenus supérieurs à 70 000 dollars néo-zélandais. À l’autre extrémité de l’échelle, le taux d’imposition est de 10,5% sur les revenus jusqu’à 14 000 $. Pour plus de détails, voir ci-dessous «Aperçu de la taxe néo-zélandaise».

Les sociétés et les entreprises sont imposées à un taux forfaitaire de 28%.

La Nouvelle-Zélande a également une taxe sur la consommation appelée taxe sur les produits et services (TPS). C’est une taxe forfaitaire – actuellement de 15% – qui est ajoutée à presque tous les achats. Cependant, vous ne payez pas de TPS sur les loyers résidentiels et les services financiers. Les entreprises peuvent récupérer la TPS qu’elles paient en tant que coût d’entrée.

Une TPS à taux forfaitaire est plus simple que les systèmes utilisés dans de nombreux autres pays où des taxes similaires sont appliquées à des niveaux prêtant à confusion pour différents produits et services.

Éviter la double imposition

Vous pourriez vous retrouver résident fiscal en Nouvelle-Zélande et ailleurs. Dans ce cas, si les deux pays imposent le revenu mondial de leurs résidents, il est possible que votre revenu soit imposé deux fois.

La Nouvelle-Zélande minimise cette possibilité en accordant des crédits pour l’impôt payé à l’étranger sur des revenus également soumis à l’impôt néo-zélandais.

En outre, la Nouvelle-Zélande a conclu des accords avec 39 de nos principaux partenaires commerciaux et d’investissement qui éliminent la double imposition.

 

Types de sociétés

New Zealand LLC

Une LLC existe en tant qu’entité formelle et légale à part entière. Il est distinct des actionnaires ou des bénéficiaires effectifs. Ses membres ne sont pas personnellement responsables des dettes et passifs de l’entité qui la différencient d’une société en nom collectif. La responsabilité des dettes de la société n’incombe pas aux Actionnaires (sous réserve des garanties personnelles données) – les dettes de la société ne sont responsables envers le liquidateur que pour tout montant impayé dû sur leurs actions.

Pour les non-résidents néo-zélandais exerçant des activités commerciales internationales, cette société est limitée aux services de fiducie d’entreprise ou à la détention d’actifs tels que la propriété intellectuelle, etc. En effet, une entreprise néo-zélandaise est généralement imposée sur ses revenus mondiaux. Donc, si l’entreprise a reçu des revenus de partout dans le monde, l’enregistrement fiscal est requis et les déclarations de revenus doivent être effectuées.

Une fois enregistrée au Département des impôts de la Nouvelle-Zélande, une LLC peut également être utilisée en tant qu’agent, de sorte qu’elle peut conclure un accord d’agence où elle devient un agent d’une entité offshore dans une autre juridiction et la société gagne une commission minimale ou des frais fixes sur lesquels elle paie un taux standard d’impôt sur les sociétés.

Exigences de structure

Les SARL néo-zélandaises doivent avoir au moins un administrateur (dont un doit être résident) et au moins un actionnaire. Le directeur doit être une personne physique et non une personne morale. La société est tenue d’avoir son siège social en Nouvelle-Zélande (le siège social est une adresse physique en Nouvelle-Zélande, pas une boîte postale ou un échange de documents).

Le capital social est requis au moment de la constitution. L’adoption d’une Constitution n’est pas obligatoire. Des frais d’inscription sont applicables. Si l’entreprise ne commence pas à négocier, l’enregistrement fiscal n’est pas obligatoire. L’entretien annuel de la société comprend le dépôt de rapports annuels et des rapports financiers pour certains types de sociétés. Peut être soumis à un audit obligatoire et peut payer des impôts sur le revenu mondial.

Avantages des LLC

Il est plus facile d’attirer des fonds et des investissements, car les investisseurs peuvent devenir actionnaires, et il est également plus facile de vendre l’entreprise ou de la transmettre à d’autres, car il s’agit d’une entité distincte.

La responsabilité des actionnaires pour les pertes est limitée à leur part de propriété de la société (sauf lorsque des garanties personnelles pour les dettes de la société ont été données aux administrateurs ou lorsqu’une société a été négociée alors qu’elle était insolvable).

Nouvelle-Zélande LTC (Look Through Company)

Une société de transparence (SLD) est une entité qui est «transparente» aux fins de l’impôt sur le revenu. Une SLD transfère les revenus, les dépenses, les gains et les pertes à ses actionnaires; un LTC n’est pas imposé au niveau de l’entreprise. Cela signifie que les actionnaires non résidents d’un SLD ne peuvent payer aucun impôt en Nouvelle-Zélande tant que les revenus de la société proviennent de l’étranger.

Les affaires qu’un SLD peut effectuer ne sont pas limitées. Elle est traitée à peu près comme une LLC (Limited Liability Company) dans le sens où elle peut négocier, ouvrir un compte bancaire partout dans le monde, y compris en Nouvelle-Zélande, détenir des actifs, devenir actionnaire d’une autre société, etc. Un LTC doit être résident fiscal en Nouvelle-Zélande. Cela lui permet de profiter des avantages des traités de double imposition signés par la Nouvelle-Zélande et donc il n’y a pas de limites sur le montant des revenus étrangers qui peuvent être tirés! Ainsi, avec une société commerciale par exemple, tous les bénéfices sont réputés être transférés aux actionnaires qui produisent une déclaration de revenus annuelle déclarant qu’aucun revenu ne provient de sources néo-zélandaises *.

Les revenus ainsi que les dépenses et les pertes sont également distribués aux propriétaires de SLD. Les actionnaires ont le droit de réclamer ces pertes sur leur revenu personnel et de réduire le montant imposé, bien que les pertes réclamées soient limitées à l’investissement des actionnaires dans la SLD. Une SLD doit déposer une déclaration de revenus annuelle auprès du Newland Inland Revenue et soumettre ses états financiers avant le 7 juin.

Il est obligatoire d’utiliser un directeur résident néo-zélandais dans un LTC. Un administrateur résidant dans un pays qui a conclu une convention de double imposition avec la Nouvelle-Zélande pourrait être traité comme un changement de domicile et risquerait de perdre sa transparence.

Exigences de structure

A Look Through Company est une LLC néo-zélandaise normale dans laquelle les actionnaires ont choisi d’adhérer au régime de la transparence aux fins de l’impôt. Fondamentalement, le LTC est un type de traitement fiscal puis un type de société néo-zélandaise

Pour être éligible au choix d’un traitement fiscal, une entreprise doit satisfaire aux critères suivants:

  1. Ne doit pas avoir plus de cinq actionnaires. Les propriétaires liés sont traités comme un seul.
  2. Les actionnaires doivent être des personnes physiques non résidentes, des fiduciaires ou d’autres SLD;
  3. Il doit être enregistré auprès du Newland Inland Revenue en tant que structure de transparence.

Afin de ne pas être imposé en Nouvelle-Zélande, un SLD devrait avoir les exigences suivantes:

  1. Les actionnaires sont des personnes physiques ou fiduciaires non résidents;
  2. Le profit et la perte des actionnaires devraient provenir de sources non néo-zélandaises.

En tant que société à responsabilité limitée en Nouvelle-Zélande, LTC offre les mêmes avantages à des fins juridiques, notamment la limitation de responsabilité et la possibilité de changer les propriétaires de la société par un transfert d’actions.

Réglementation et fiscalité

Les SLD sont régis par la loi sur les sociétés de 1993 et ​​doivent respecter les mêmes exigences que la loi sur les sociétés de la Nouvelle-Zélande.

Les SLD doivent produire une déclaration de revenus annuelle. Les déclarations indiquent le montant total des revenus et des retenues pour l’entreprise pour l’année, ainsi que les revenus et les retenues pour chaque propriétaire. Les SLD doivent également soumettre des états financiers après la fin de chaque exercice (mais avant le 7 juin). Comme la SLD n’est pas imposée au niveau de l’entreprise, les actionnaires doivent indiquer leurs revenus et pertes de SLD dans leurs propres déclarations de revenus. Tout profit est imposé au taux d’imposition des propriétaires. Concernant les implications fiscales internationales si les revenus de la SLD proviennent de l’extérieur de la Nouvelle-Zélande, les propriétaires non résidents d’une SLD néo-zélandaise ne sont pas tenus de payer l’impôt sur le revenu. Chaque actionnaire déclarera les revenus de LTC dans sa propre déclaration de revenus ou déclaration dans son pays de résidence et chaque actionnaire sera redevable de son taux d’imposition marginal ou forfaitaire à son administration fiscale nationale.

Si vous êtes intéressé par la création de sociétés en Nouvelle Zélande, contactez nos experts.

 

INFORMATIONS GÉNÉRALES

Superficie267 710,00
Population4 327 940,00
CapitaleWellington
Chômage3,90%
État politiqueMonarchie Constitutionnelle
Indicatif téléphonique64
Place dans le monde dans la corruption1
EmplacementOcéanie
ClimatLa Nouvelle-Zélande a un climat maritime doux et tempéré (Köppen: Cfb) avec des températures annuelles moyennes allant de 10 ° C (50 ° F) au sud à 16 ° C (61 ° F) au nord.
Taux d’alphabétisation99,00%
Groupes ethniques56,8% – européen; 8% – asiatique; 7,4% – Maori; 4,6% – insulaire du Pacifique; 9,7% – mixte; 13,5% – autres
Monnaie nationaleDollar néo-zélandais (NZD)
Taux de change USD1,24
PIB par habitant41.267 USD
Langue officielleAnglais
Cote de créditAA +
Le pouvoir judiciaireCourt Suprême; Cour d’appel; Cour suprême; note – juges nommés par le gouverneur général
L’autorité exécutiveConseil exécutif nommé par le gouverneur général sur recommandation du Premier ministre
Autorités législativesChambre monocamérale des représentants – communément appelée Parlement (généralement 120 sièges; 70 membres élus au suffrage universel dans les circonscriptions uninominales, dont 7 circonscriptions maories, 50 sièges proportionnels choisis sur les listes des partis; pour un mandat de trois ans

INFORMATION D’ENTREPRISE

Possibilité d’acheter des entreprises prêtes à l’emploiNon
Système légalCommon Law
Siège social localOui
Formes organisationnelles et juridiquesSociété à responsabilité limitée, société en commandite, société en nom collectif, coentreprise, fiducies
Indication de BPA dans le nom«Limited» ou les mots «Tapui (Limited)»
Agent enregistré localOui

ACTIONS ET CAPITAL-ACTIONS

Le montant minimum du capital versé, nat. devise1
Des actions au porteurNon
Modalités de paiement du capital émisAu moment de l’inscription
La taille habituelle du capital autorisé10 000
Possibilité d’émettre des actions sans valeur nominaleNon

IMPOSITION

T.V.A.Non
Taux de base de l’impôt sur les sociétés28,00%
Impôt sur les gains en capitalNon
Contrôle des devisesNon
Détails des taux d’imposition des sociétés28%
Droit de timbreNon

DIRECTEUR ET SECRÉTAIRE

Nombre minimum d’administrateurs1
L’obligation pour les directeurs de résidenceNon
Le directeur des personnes morales est autoriséNon
Les données révèlent à l’agent localOui
Champ de données dans le registre publicOui
L’obligation de présence du SecrétaireNon
Obligation de résidence du secrétaireNon
Conditions de qualification du secrétaireNon
Entité juridique en tant que secrétaireNon

ACTIONNAIRE ET BÉNÉFICIAIRE

Nombre minimum d’actionnaires1
Les données sont inscrites dans le registre publicOui
Obligation de résidence des actionnairesNon
Les informations sur le bénéficiaire sont divulguéesNon
Les informations peuvent être divulguées à l’agent localOui
Les actionnaires-personnes morales sont acceptablesOui

RAPPORTS

L’obligation de déposer des rapportsOui
Accès ouvert aux rapportsNon
Contrôle légal des comptesNon
L’obligation de produire une déclaration annuelleNon
Accès libre au rapport annuelNon
L’exigence de rapportsOui
Traité pour éviter la double imposition (États signataires)37
Adhésion à l’OCDEOui
fr_FRFrançais
en_GBEnglish (UK) es_ESEspañol pt_BRPortuguês do Brasil pl_PLPolski de_DEDeutsch nl_NL_formalNederlands (Formeel) ru_RUРусский fr_FRFrançais
Visitez-nous sur TwitterVisitez-nous sur FacebookVisitez-nous sur Linkedin